Faire un Don

Respectons nos Aînés !


Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours eu un grand respect pour mes aînés grâce à mon éducation mais aussi grâce aux petits et grands moments de complicité partagés avec eux.

Aujourd’hui malheureusement disparus, ils restent encore bien présents dans mon cœur et dans mon âme. Leurs voix résonnent en moi, ainsi que les valeurs qu’ils m’ont inculquées, et leurs conseils sont bien ancrés au fond de ma conscience. Pour moi, les personnes âgées sont un véritable trésor à préserver et à aider.

Je me souviens encore des paroles de ma grand- mère quand mon arrière grand-mère nous a quittés :

« Maman qui meurt, c’est la bibliothèque qui brûle ».

Dans ma tête de gamin, je ne comprenais pas ces flammes et c’est bien plus tard que j’ai en n compris ! Elle avait raison Mamama : nos chers aînés sont nos souches et nos racines. Nous leur devons vraiment tout. Ils sont nos solides fondations, passeurs de notre culture, de nos us et coutumes, de notre histoire et de nos secrets de famille.

De par leur expérience, les personnes âgées savent bien des choses à tous points de vue. C’est ce qui explique que durant des siècles, elles furent écoutées, respectées et préservées tels des Sages. Puis le monde moderne et son tumulte ont redistribué les cartes en modi ant les comportements et les modes de pensée. Ainsi, au l des époques, le statut des anciens a changé pour devenir aujourd’hui quantité négligeable. Mais celui qui fait des sources de son passé ne s’ampute-t-il pas de ses racines ? Je lui pose la question et je lui rappelle son devoir de mémoire. Respecter une personne âgée, c’est avant tout prendre en compte sa vie d’hier, d’aujourd’hui et de demain. C’est, lorsqu’on est en face d’elle, savoir se souvenir de cette petite lle ou de ce petit garçon balbutiant, de cette belle silhouette radieuse ou de ce jeune premier hâbleur ou encore de cette maman épanouie ou de ce père de famille arrivé !

En changeant le prisme de son regard, on gagne en tolérance, en humanité et donc en respect. On devient plus compréhensif pour venir en aide à la personne âgée qui, fragilisée, devient dépendante et plus vulnérable.

Et n’oubliez pas que cette situation que vivent nos aînés, un jour, vous la connaîtrez aussi car la vie est un cycle perpétuel. Les considérer et les assumer c’est se respecter soi-même !

D’ailleurs à ce propos j’aimerais vous rappeler les mots du Pape François :

« Les personnes âgées sont des hommes et des femmes, des pères et des mères qui sont passés avant nous sur notre même route, dans notre même maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne. Ce sont des hommes et des femmes dont nous avons beaucoup reçu. La personne âgée n’est pas un extra-terrestre. La personne âgée, c’est nous, dans peu de temps, dans longtemps, mais cependant inévitablement, même si nous n’y pensons pas. Et si nous apprenons à bien traiter les personnes âgées, nous serons traités de la même manière ». 

De telles paroles font écho dans nos consciences à tous. La famille proche est bien sûr la première concernée. Elle se doit d’être auprès de ces personnes âgées pour leur assurer réconfort et bien- être. Mais il faut également développer une solidarité de proximité pour assister les personnes âgées du voisinage qui nous entourent. Le maître mot qui garantit respect et dignité de nos aînés : l’Amour.

« Aimer c’est aider », comme l’a dit si justement Victor Hugo !

Soyez nombreux à nous rejoindre pour mener à nos côtés le combat pour préserver la Dignité des personnes âgées en mettant en lumière toutes les initiatives en leur faveur.

Fabrice JEHLE 

Délégué Général de la Fondation